Archives par mot-clé : Bourbon

C-I-J Renault 5T engrais Dior

C-I-J Renault 5T engrais Dior

Dior j’adore !

Dior j'adore ! comment faire autrement !
Dior j’adore ! comment faire autrement !

A Noël, à Pâques, lors des réunions familiales, le collectionneur de miniatures automobiles est souvent sollicité par les siens pour organiser une visite commentée de son univers. Il faut dire qu’il est plus joyeux qu’une collection de tire-bouchons, plus accessible qu’une collection de missels et plus varié qu’une collection de clef à molette.

Pour peu que la belle-sœur ait lu dans le Figaro un article expliquant que ces petits bijoux pouvaient atteindre des sommes rondelettes, vous ne pourrez échapper à la visite.

CIJ Renault 5T engrais Dior
CIJ Renault 5T engrais Dior

Une réflexion revient souvent lors de ces visites. Les profanes sont émerveillés devant les phares en strass des miniatures. Ces phares sont apparus au milieu des années soixante. Comme le dit le proverbe, tout ce qui brille n’est pas or. Tout ce qui brille n’est pas non plus toujours de bon goût.

Ce n’est sûrement pas un hasard si la nouvelle marque « Minialuxe » (made in China) a équipé certains de ses modèles, en édition limitée s’il vous plaît, de phares produits par le verrier Swaroski. Effet garanti, la belle-sœur n’en revient pas, vous sortez de la catégorie « adolescent attardé » pour entrer dans le cercle des gens de bon goût.

 

J’ai pourtant trouvé mieux pour épater la famille. Le camion Dior ! Et, désormais, je peux reprendre à mon compte le slogan utilisé par la firme de luxe lors du lancement de l’un de ses parfums : « Dior, j’adore ! »
Tout cela mérite quelques explications. En effet, on s’attendrait à voir le nom Dior apposé sur une auto luxueuse, haut de gamme, et non sur un vulgaire petit camion Renault 5T. Il nous faut remonter le temps.

Christian Dior, grand couturier français (1905-1957) est un des descendants de Louis Jean Dior qui avait créé une société d’engrais chimiques « L. Dior ». Un des produits les plus fameux de cette firme est la lessive Saint-Marc.

Firme importante, spécialisée dans les engrais chimiques avant la seconde guerre, cette entreprise se rapprochera de la C-I-J afin de faire réaliser des objets publicitaires à son effigie, notamment un camion Renault 5T en tôle, reproduit à l’échelle 1/20 environ, équipé d’un chargement de sacs d’engrais et d’accessoires dont un quai de déchargement. On comprend que ce luxueux ensemble ne fut produit qu’en peu d’exemplaires.

Parallèlement, Dior demanda à la C-I-J de réaliser une version à ses couleurs sur la base de son modèle en plastiline réduit à l’échelle du 1/50 environ. Le tour de passe-passe fut des plus ingénieux. La firme de Briare avait à son catalogue une version charbonnier. Il suffit à C-I-J de repeindre les sacs de charbon en blanc afin de symboliser les sacs d’engrais et d’apposer au pochoir le nom de Dior sur le pavillon.
Ce petit modèle est finalement aussi rare que celui de grande taille. Il est fragile, très peu d’exemplaires ont survécu.

J’ai profité de l’occasion pour faire figurer un autre modèle lié aux engrais, toujours produit par la firme de Briare mais après guerre. Ce fut également un promotionnel. Il est aux couleurs des Potasses d’Alsace, concurrent des engrais Dior. Sa période de fabrication fut assez longue.

On distingue deux versions, ce qui confirme la production d’une certaine quantité et surtout un étalement dans le temps. Le dernier modèle équipé de jantes de couleur argent est simplifié au niveau des pochoirs. La boîte est plus rare que le modèle !

Les Potasses d’Alsace feront également fabriquer chez Vapé-Bourbon une série de Peugeot D3A à leurs couleurs et avec le nom des produits à promouvoir. (voir l’article sur les Peugeot D3A de chez Vapé-Bourbon)

La station Shell de Saint Lupicin

Cette chronique s’articule autour d’un thème commun, l’entreprise pétrolière Shell, décliné autour de la production d’un fabricant français… c’est en fait l’histoire de 2 petites firmes française Vapé et Bourbon.

Les modèles présentés sont généralement identifiés dans les ouvrages sous le label Bourbon. Ce point mérite d’être éclairci

Shell
Shell

A l’origine ces véhicules sont produits sous le label Vapé. Cette firme n’a produit en réalité qu’ un Peugeot D3A et un Berliet GLR porteur équipé en citerne. Ces véhicules sont facilement identifiables. Au niveau du marche pied avant gauche, figure aussi bien sur le fourgon que sur la citerne, en lettres déliées, le logo Vapé. A priori, cette firme, spécialisée dans la plasturgie n’a réalisé que ces 2 moules de miniature automobile parmi la grande quantité d’objets divers et variés en plastique produits,notamment des ustensile de cuisine

Ces miniatures ont été conçues dans le cadre de campagnes publicitaires. Le plastique permettait de proposer des séries de véhicules promotionnels à des prix bien inférieurs à ceux des véhicules en zamac. De plus, il est facile d’imaginer la souplesse de production, tant au niveau des couleurs que de l’application des publicités (décalque mais aussi ,plus économique, gravure à chaud ).

Notre Berliet est intéressant. Cette variante de publicité, Shell, n’est pas trés connue sur ce type de véhicule. Il possède une particularité qui mérite une explication. Le logo avec le coquillage ne figure que sur le flanc gauche, et n’a jamais figuré que sur ce côté : la publicité étant gravée dans le plastique, nous sommes certains qu’elle n’a pu disparaître. La raison de cette asymétrie est assez simple. Des commerciaux de chez Vapé avaient prospecté les stations services dans le but de proposer aux gérants de ces relais de faire apparaître leur raison sociale sur le flanc droit du petit camion.

C’est pourquoi vous avez dû croiser ces petits utilitaires avec le nom de stations implantées aux quatre coins du pays. On peut penser que les commandes pouvaient porter sur de petites quantités.

Le même principe a été utilisé aux Etats- Unis, mais sur un autre support publicitaire : des pompes à essence, reprenant fidélement le design caractérisant chaque compagnie pétrolière. J’ai constitué, lors de mes voyages outre Atlantique une petite collection de ces pompes à essence. Au dos de chacune d’elles figure, comme pour nos petits Berliet le nom du relais, de l’état, ainsi que le numéro de la route sur laquelle se situe le relais… la particularité de ces pompes est qu’elles font office de salière et de poivrière !

Le cas du Peugeot est plus énigmatique. Il s’agit certainement d’un cadeau distribué par Shell… ce qui est intriguant car pour un pétrolier, une citerne aurait constitué un vecteur publicitaire plus attendu. Mais il ne s’agit pas d’un cas unique, puisque C-I-J a produit un modèle équivalent, sur la base d’un Renault 1000 kg à l’effigie de la marque Shell.

Ces fourgons étaient utilisé pour entretenir les pompes du réseau. Le fourgon présenté est estampillé Vapé. Comme le Berliet, il est équipé d’un poussif moteur à friction. Les modèles portant le logo Vapé sont plus anciens et moins fréquents que les modèles Bourbon. Il est assez logique de penser que Vapé a cédé son outillage à Bourbon… ou que Bourbon ait absorbé Vapé… je ne sais dire… j’avais entretenu une correspondance avec la firme Bourbon, dans les années 80. J’ai ressorti ces documents qui contiennent finalement peu d’informations sur l’histoire de ces 2 firmes car le personnel qui avait connu la période qui nous intéresse n’était plus là.

Pour l’histoire l’entreprise était bassé à Saint Lupicin dans le Jura. Mes correspondants avaient cependant eu la gentillesse de me faire parvenir un petit colis avec une dizaine de modèles, qui trainaient dans un coin !

Le Berliet Tak est un un produit Bourbon. Il est équipé d’un moteur à friction. Bourbon fut le seul, avec JRD à proposer une reproduction de ce véhicule pourtant assez répandu. L’ensemble est fort réussi à mes yeux. C’est certainement la variante la plus difficile à se procurer parmi les autres modèles faisant la promotion des compagnies pétrolières (Elf, Esso, Total…).

Bourbon a également réalisé un porteur Gak en citerne, mais je n’ai jamais vu une version arborant le logo Shell.

Le Peugeot J7 de chez Bourbon

Le Peugeot J7 de chez Bourbon

Il y a quarante ans nous étions très peu nombreux à nous intéresser à ce type de jouets dont le côté naîf et rustique rebutait nombre de collectionneurs. Avec le temps qui passe, bon nombre d’amateurs ont appris à aimer le Peugeot J7 de chez Bourbon.

Le  Peugeot J9 qui lui a succédé puis les autres Peugeot qui ont suivi lui ont donné un passé et une histoire. Il en va ainsi avec tous ces véhicules industriels. Vingt ans après leur sortie, alors qu’ ils sont démodés  ils révèlent  leurs charmes.

Cette semaine, nous allons essayer de dresser une liste de ces Peugeot J7 de chez  Bourbon.  Le Peugeot J7 a logiquement succédé au Peugeot D3A pour lequel nous avions déjà par le passé listé les versions. Bourbon a donc choisi de proposer à ses éventuels clients la reproduction de ce fourgon permettant d’apposer leurs publicités. N’oublions  pas que c’était le but de ce type de produit qui constitue un véritable objet publicitaire.

Peugeot J7 avec ou sans mécanisme
Peugeot J7 avec ou sans mécanisme

Le coût de revient est l’élément moteur de ce genre de produit. A ce titre Bourbon proposait deux finitions en fonction du budget du commanditaire: avec ou  sans moteur à friction. Il est bien moins fréquent  que son prédécesseur.

Quelques versions du Peugeot J7 Bourbon dans des livrées bien précises, sont apparues sur le marché en grande quantité donnant l’illusion que ce fourgon est en fait très fréquent.

Comme celui arborant la publicité « Epargne scolaire Caisse épargne des B.D.R ».

Mais ce n’est qu’une illusion. La grande majorité des modèles est  peu fréquente.

Voici la liste des modèles que j’ai rassemblés. N’hésitez pas à la compléter Continuer la lecture de Le Peugeot J7 de chez Bourbon

Chronique d’une catastrophe annoncée

En prévision des travaux que j’ai effectués au magasin l’année dernière, j’ai rangé et trié toute la documentation que j’avais accumulée pendant plus de trente ans. Ce genre de travail n’est pas désagréable, car il permet d’exhumer des documents oubliés. J’ai pris plaisir à me replonger dans un catalogue Berliet consacré au modèle Stradair. Le document m’est apparu édifiant, surtout avec près de 50 ans de recul.

Berliet Stradair
Berliet Stradair

Après l’avoir feuilleté, ma première réflexion a été de me demander comment une firme qui paraissait solide, qui avait une histoire et donc une expérience hors du commun avait pu se fourvoyer de cette manière dans cette aventure. Chaque page est la chronique d’une catastrophe annoncée.
Le titre du catalogue interpelle déjà le lecteur, qui, ne l’oublions pas, est avant tout un acheteur éventuel. « Un Stradair pour quoi faire ? » Après avoir feuilleté le catalogue, la question demeure sans réponse !

Le catalogue est beau. Les photos sont superbes. De toute évidence, le studio photo qui a eu le marché a fait du bon travail. On appréciera notamment les photos prises au CNIT à la défense. La confrontation entre les lignes modernes du bâtiment en béton et celles du Stradair est une réussite. On remarque que le studio a retouché une des photos en apposant sur les parois du fourgon une publicité pour les ordinateurs IBM, alors que sur une autre vue cette publicité a disparu.

Après lecture du catalogue, on ne peut s’empêcher de penser que le camion a été conçu pour des « niches », c’est à dire pour des utilisations très particulières. Deux axes sont mis en avant par Berliet pour promouvoir son camion : la suspension et l’espace, le confort de la cabine. Pour illustrer ces qualités, le constructeur lyonnais va prendre des exemples qui, avec le recul, sont assez savoureux.

Ainsi, pour commencer, deux pages sont consacrées au transport des œufs de chez Lustucru. Le texte explique que grâce aux suspensions révolutionnaires, Lustucru est en mesure de transporter sans casse sa précieuse cargaison. Plus loin, c’est le transport de porcelaine, de flacons et de tubes électriques qui illustre le confort du camion. Mais Berliet va plus loin dans la démonstration. Si le transport des comprimés en tube est à la portée de n’importe quel camion, s’agissant d’antibiotiques ou de placenta, c’est vers le Stradair qu’il faut se tourner. On voit ainsi, photographié derrière les vitres d’un laboratoire et devant une cornue fumante, un Stradair carrossé en fourgon aux couleurs des laboratoires Meyrieux.

Pour vanter le confort du camion, les publicitaires n’ont pas été à court d’idées. Le texte annonce clairement que : « si vos voyageurs pouvaient parler …ils diraient qu’on est bien en Stradair ». Les voyageurs en question ne sont autres que des vaches. C’est ma photo préférée : une foire aux bestiaux en milieu rural, avec des maquignons, hilares, devant un Stradair comme égaré au milieu d’antiquités des années 50-60 (Renault Gallion, Citroën et Peugeot D4A). On imagine les commentaires des maquignons en train de se moquer de celui qui vient d’acheter ce gros Stradair flambant neuf, se disant que s’il pense que ses vaches vont le remercier, autant leur apprendre l’anglais !
A la fin du catalogue, on a compris que le Stradair allait avoir du mal à trouver sa place sur le marché.

Berliet, va jeter toutes ses forces mais aussi toutes ses finances dans le projet Stradair. Le lancement en 1965 sera sans précédent pour un utilitaire. Les publicitaires vont convaincre la famille Berliet de réaliser des messages publicitaires à la télévision. La campagne publicitaire fut aussi ample qu’onéreuse. Bourbon en sera un des bénéficiaires. Berliet commanda en effet une série de porte-clefs, support publicitaire très en vogue à cette époque. Bourbon était capable de réaliser de très beaux produits. A l’époque du Stradair, la mode était aux porte-clefs que je qualifierais de « à complications ». Il y eut ainsi un œuf duquel sortait un Stradair, puis un camion carrossé en fourgon réduit au 1/75ème environ, muni à l’arrière d’un crochet permettant de faire coulisser un compartiment dans lequel se situait un autre Stradair qui lui même en transportait un troisième. Bourbon fut aussi sollicité pour une reproduction au 1/55ème environ, tout en plastique, carrossée en fourgon et distribuée avec un étui aux couleurs Berliet. Equipé d’un mécanisme à friction (très souvent poussif !) le modèle était distribué dans les concessions Berliet afin de séduire les éventuels acheteurs. On peut penser que le budget publicitaire ayant été englouti dans d’autres supports, ce petit jouet avait été conçu pour un prix de revient assez bas. Plusieurs déclinaisons de couleurs existent. Comme très souvent avec Bourbon, ce dernier obtiendra le droit de réaliser pour son compte des versions promotionnelles pour des clients cherchant à apposer leur logo sur les flancs du camion. Pour cela, Bourbon simplifiera son fourgon (parois lisses) afin de pouvoir plus facilement le décorer. Un dernier souvenir qui ne parlera qu’aux collectionneurs les plus anciens. Jacques Glickman avait offert à mon père un de ces modèles pour un service que mon père lui avait rendu. Son souvenir est pour toujours associé à cette version « Le Fossé Blanc ». Il faut dire que dans les année quatre-vingt, on était très peu nombreux à être intéressé par ces jouets. Cela a changé et Jacques n’avait pas dû anticiper cette demande.

Panda Muovo en sachets

La marque Muovo est en Finlande ce que Bourbon est en France : un spécialiste de la production d’articles en plastique. Tous les modèles distribués par l’intermédiaire des chocolats Panda ont été produits par cette firme.

Panda en sachets
Chymos Panda sachet avec liste de modèles

Pour mon ami Suominen, la pièce la plus difficile à se procurer lorsque l’on s’intéresse à Panda est le sachet en papier qui contenait la friandise et le cadeau. Nous n’avons pas connu chez nous ce genre d’article. On constate sur les photos que l’emballage était volumineux, ce qui devait poser des problèmes aux commerçants.

On imagine le bambin en train de tâter l’emballage papier afin d’essayer d’identifier le type d’auto à l’intérieur de ce dernier. On devine encore l’excitation qui précédait l’ouverture du sachet, d’autant qu’au dos de ce dernier figurait la liste des autos de la série.Il y avait là de quoi encourager la consommation de confiseries pour le plus grand bonheur des dentistes finlandais !

Plusieurs séries ont vu le jour ce qui atteste du succès de l’opération. On dénombre une gamme d’ancêtres automobiles (4 modèles), de voitures de course (10 modèles) de voitures de tourisme (plusieurs séries distinctes). Un constat s’impose. Plus les séries sont récentes, plus l’échelle de reproduction se rapproche du 1/43 et plus les modèles sont rares !

On peut en déduire que le succès s’est émoussé au bout d’un certain temps et que la dernière série a été produite en quantité moindre.