Archives par mot-clé : ambulance

Ambulance à Jerusalem

Ambulance à Jerusalem

Le moule d’origine, de cette miniature Standard Vanguard provient de chez River Series (Grande-Bretagne). Cette firme se transformera en Morestone (Morris et Stone, noms des deux associés). Les modèles River Series ne sont pas très fréquent, même en Grande-Bretagne.

Ils ont vite disparu des magasins de jouet. Un grand nombre de moule de ce fabricant se sont retrouvés en Israël (Ford prefect, Buick …)

La Standard a elle été transformée en ambulance. La miniature n’est pas très fine. Gamda l’a équipée de vitres. La décoration est faite à l’ aide de décalcomanies. Ce modèle m’a toujours intrigué, par son côté exotique. Dans les années 70, acquérir des modèles qui venaient « de loin », avec des décorations qui ne nous étaient pas familières décuplait notre envie de les trouver.

En fait c’est après de très nombreuses années que j’ai trouvé la première. J’ai récupéré la seconde auprès de Paolo Rampini, grand amateur de pièces rares.

Une est aux couleurs de « Red magen david ». Les décalcomanies sont de couleur rouge, avec à chaque fois superposé le texte en hébreu et en anglais.

L’autre possède des décalcomanies et une bande de couleur bleue. Elle est aux couleurs de « Hadassah medical organisation Jérusalem ». La décalcomanie symétrique sur le côté droit, étant en hebreu. Je ne sais laquelle est la plus rare !

Les livrées locales ajoutent à mes yeux un grand intérêt.

La boîte me semble encore plus rare que le modèle. Les deux modèles présentés sont en bel état de conservation, sans traces de métal fatigue comme parfois avec ce genre de modèles. Ont-ils été exportés? 

Qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ?

Qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ?

Les collectionneurs qui s’intéressent aux plombs américains sont vite confrontés à un problème : celui de l’authentification des modèles. Connaître l’origine d’un modèle est souvent plus difficile que de savoir si la peinture est ou non d’origine.
Le collectionneur est ainsi fait : il aime comprendre, analyser, classer et dater. Qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ?

C’est une des raisons qui m’ont poussé à lancer ce blog il y a déjà quelques années. Outre le plaisir de partager des anecdotes, il y a un intérêt à diffuser l’histoire des miniatures. Le but semble atteint.

J’ai eu beaucoup de retours qui m’ont notamment permis de corriger certaines inexactitudes. L’intérêt de la démarche, c’est qu’elle conduit à la vérité.

Moi aussi, j’ai été confronté à l’identification des plombs américains et je le suis encore. Il n’y a pas d’ouvrage spécifique consacré à ce thème. Pourtant, des collectionneurs ont écrit des ouvrages sur la production des jouets américains. Ainsi, les modèles promotionnels, les « Rubber » (caoutchouc), les Hubley et les Tootsietoys ont leur ouvrage de référence. Il est intéressant de constater que certains auteurs comme Dave Leopard ont édité une seconde mouture de leur ouvrage qu’ils ont été amenés à compléter à la suite des informations recueillies après la publication du premier volume. Le supplément d’informations et les rectifications apportées incitent à acheter le second ouvrage. Il en est ainsi du livre sur les Tootsietoys qui a connu trois éditions.

Malheureusement les plombs dits « Slush » n’ont pas eu cet honneur. Pourtant je connaissais « le spécialiste » du sujet, Ferdinand Zegel de Washington. Sa maison était un incroyable capharnaüm : il y avait des jouets partout, jusque dans la salle de bain.

Ferdinand étant célibataire, cela ne gênait pas sa femme. Victime d’un petit accident de la route alors qu’il se rendait à une bourse aux USA, il est mort peu de temps après. Il nous reste sa participation à une série d’ouvrages recensant les fabricants de jouets et donnant les cotes de ces jouets. Je parle de série d’ouvrages, car des éditions révisées sont régulièrement publiées. Il faut alors naviguer dans ces pavés qui comptent des centaines de pages. Cela demande du temps car le classement aléatoire ne facilite pas les recherches. Il faut s’aider des clichés en noir et blanc. Un autre ouvrage parle de ces plombs, c’est celui de Paolo Rampini. Une fois n’est pas coutume, je ne louerai pas cet ouvrage qui contient beaucoup d’erreurs. Il faut reconnaitre que si l’on ne va pas régulièrement sur place, il est difficile de référencer ces jouets.

Je vais donc revenir à plusieurs reprises sur ces plombs. (voir:http://autojauneblog.fr/2016/04/10/investissement/). J’ai choisi de les classer par thème. Cette semaine vous découvrirez des ambulances, des autos de police, des semi-remorques et des véhicules de travaux publics.

Ces derniers ont énormément de charme. Ils symbolisent bien l’essor industriel du pays. A la même époque, ce thème est assez peu fréquent en Europe. C’est le sort des utilitaires qui n’ont jamais vraiment suscité l’intérêt des fabricants européens dans les fabrications avant-guerre. (voir aussi : http://autojauneblog.fr/2014/08/30/camions-du-futur/ )

J’accordera une mention particulière pour cette superbe ambulance Metal cast. Je n’en ai rencontré qu’une seule. Le modèle est rare, c’est certain. !

(sur le même sujet: http://autojauneblog.fr/2011/06/22/sur-l-ovale-d-indianapolis/http://autojauneblog.fr/2011/06/20/y-a-cent-ans-lovale-dindianapolis/ )

Noir c’est noir !

J’ai décidé de vous montrer quelques exemples d’ambulances dont le trait commun est la couleur, noire ! Reconnaissons que ce n’est pas la couleur la plus fréquente pour ce type de véhicule utilitaire. Chez nous, elle est plutôt réservée aux véhicules funéraires. La phrase de Michel Piccoli semble prendre tout son sens. On comprendrait bien la crainte de sa compagne à la vue d’une ambulance de couleur noire. J’ai mené ma petite enquête au Danemark pour avoir des informations. J’ai d’abord contacté l’association des anciens de la compagnie Falck. Sans succès dans un premier temps. C’est mon ami danois Bent Danielsen, qui m’a donné l’explication. Il faut dire que lui aussi dans le passé s’était posé cette question. C’est une de ses connaissances, Steen Taber Rasmussen qui lui avait alors fourni la réponse.

Side-car
Side-car

Les premiers corps de secours organisés datent des années 1880. Les attelages hippomobiles carrossés en ambulance étaient alors de couleur noire. Le passage aux véhicules motorisés qui se fera dans les années vingt ne changera pas la couleur des ambulances. Falck (compagnie privée) et les pompiers de Copenhague (Kobenhavns Brandvaesen) conservent donc cette livrée. Mais à Copenhague, capitale danoise, le besoin de distinguer dans la circulation les ambulances va conduire le service des pompiers de Copenhague à ajouter la couleur rouge à ses véhicules. Falck conservera la couleur noire pour son activité nationale. C’est la création de la société Zonen au début des années trente, qui va bouleverser l’ordre établi. Cette dernière va se développer au niveau national et va adopter les teintes en vigueur dans la capitale, le rouge et le noir. En 1963, les deux sociétés Falck et Zonen vont fusionner et adopter la couleur noire avec pavillon blanc. Puis, en 1973, elles adopteront la couleur blanche avec pavillon rouge. Désormais elles sont de couleur jaune. Bent m’a également fourni une explication sur l’ambulance Triangel produite par Tekno, dans sa série de véhicules en tôle et de couleur bleue. Cette couleur était réservée aux services des hôpitaux psychiatriques. Elle porte au Danemark le nom de « bla vogn » littéralement « la voiture bleue ». Enfin les versions toutes blanches ou toutes rouges sont peu crédibles au regard de la réalité du Danemark. Elles ne se comprennent que dans le cadre du marché international et des nécessités de l’exportation. La couleur rouge était la couleur à l’époque la plus répandue au niveau des centres de secours et la blanche faisait référence aux véhicules arborant la croix rouge.

Afin d’illustrer cette seconde partie, voici donc quelques ambulances danoises dont le trait commun est la couleur noire. Injectée en plomb et réduite à l’échelle du 1/43, la Ford ambulance est ma préférée. C’est un modèle rare injecté d’une pièce. La gravure est assez fine et la finition bicolore très réussie. Pilot, plus connu pour ses reproductions au 1/87, tentera une percée sur le marché du 1/43. Il proposera une autre Ford, en limousine, déclinée en version taxa. La série demeurera sans suite en raison probablement de la guerre.

Lego déclinera sa camionnette Chevrolet en version ambulance et en deux couleurs : une noire et une rouge. Il faut dire que la conception du jouet empêche la réalisation d’une version bicolore (carrosserie d’une pièce). La réalisation est réussie. L’ajout de feux supplémentaires sur le pavillon finit d’habiller le modèle.
Comme Lego, Tekno proposera sa Buick en plusieurs couleurs. Une version blanche sera même créée, destinée au marché d’exportation. Il faut ici apporter une petite précision. Dernièrement, d’importantes découvertes ont été réalisées sur l’histoire de la firme Tekno. Ces premières Buick (qui seront plus tard estampillées Dodge) sont en fait des modèles Hans Legetoj. Les premiers exemplaires portent d’ailleurs ce marquage sur le châssis. C’est un accord commercial entre les deux firmes (Hans Legetoj et Tekno) qui va permettre d’incorporer cette gamme dans le catalogue Tekno. En fait, le nom Hans Legetoj disparaitra au profit de celui de Tekno sur les jouets. Mais l’unité de fabrication restera, et du fait de exiguïté des locaux de Tekno à Copenhague, une très grande partie des Tekno seront injectées chez Hans Legetoj jusqu’à la fin des années soixante.
Outre l’ambulance, Tekno proposera aussi son Harley-Davidson side-car en couleur noire. Ces modèles ont fière allure.

Les choses de la vie n°2

Devenu collectionneur, c’est la série des Mercedes 220 break ambulance produite par Tekno qui ma séduit. C’est surement la diversité et les harmonies heureuses des coloris qui m’ont orienté vers cette série. Il faut avouer qu’elle est unique. Aucun fabricant de miniatures n’a jamais proposé une telle diversité de combinaisons de couleurs. La plus commune est celle, rouge avec pavillon noir, des pompiers de Copenhague.

Svensk Räddingjänstt
Svensk Räddingjänstt

Je donnerai prochainement des explications sur les combinaisons des couleurs des ambulances danoises mais il faut juste savoir que les deux plus rares sont des versions réservées au marché suédois. Il s’agit de la version de couleur bleue avec pavillon argent aux couleurs de la Svensk Räddingjänstt et de la version noire avec pavillon et capot rouge aux couleurs de R94. Au Danemark comme en Suède, les secours sont organisés par l’intermédiaire de ces sociétés privées. D’après mes amis suédois, ces modèles réduits étaient disponibles auprès de ces sociétés privées et n’étaient pas proposés à la vente dans le réseau des magasins de jouets, ce qui explique leur rareté.

Les versions classiques, comme celle des pompiers de Copenhague, recevront d’abord un petit fanion, moulé en zamac et peint de couleur jaune. Puis, au milieu des années soixante un gyrophare en plastique de couleur bleue. Dans les deux cas cet accessoire ajouté posera à Tekno un souci au niveau du boîtage.

Les choses de la vie n°1

Je dirai à Hélène qu’il ne faut pas avoir peur des ambulances !

Cette phrase, c’est Michel Piccoli qui la prononce, dans le film de Claude Sautet, « Les choses de la vie ». Transporté à l’hôpital dans un break ID ambulance, il reprend peu à peu connaissance après avoir été éjecté de son Alfa Romeo Giulietta Sprint. Son auto a quitté la route et fait des tonneaux après qu’il a tenté d’éviter un superbe Bernard tracteur semi fourgon des transports Borca. Les secours ont mis longtemps à arriver sur le lieu de l’accident, et l’ambulance présente un certain confort par rapport au pré dans lequel il est resté allongé, sans connaissance pendant de très longues minutes.

Ambulances Tekno
Ambulances Tekno

Je me suis longtemps interrogé sur la portée de cette phrase. L’ambulance est un véhicule qui annonce rarement des choses agréables. Enfant, je n’appréciais pas particulièrement ces véhicules lorsque je les croisais sur la voie publique, jusqu’au un jour où ma tante m’a offert une Mercedes de chez Matchbox. J’ai beaucoup aimé cette auto…en fait, c’est surtout la possibilité de sortir le brancard qui me plaisait et plus que tout, la couverture en plastique amovible qu’on soulevait pour découvrir le blessé.

Le plaisir est le même avec les Ford Taunus Tekno: c’est la civière et le blessé qui font tout le charme du modèle ! En fait, sans y voir rien de morbide, les enfants que nous étions appréciaient tous ces accessoires amovibles. C’est dans ce registre qu’une firme comme Corgi Toys s’est construit sa réputation.
à suivre …