Tous les articles par Isabelle et Vincent Espinasse

La lectrice

La lectrice

Dernièrement, une information a retenu mon attention. Un chercheur gallois annonçait que les suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach avaient été en partie composées par son épouse, Maria-Magdalena. Il récidiva plus tard en annonçant que la soeur de Mozart avait participé aussi à la composition de quelques oeuvres. Je ne sais s’il faut accorder trop de crédit à ce genre d’annonces, mais une chose est sûre, je ne vais pas attendre qu’un journaliste découvre le pot aux roses avec le blog de l’Auto Jaune : je l’avoue dès à présent, mon épouse participe à l’écriture du blog.

Je me souviens du jour où elle a regardé la feuille sur laquelle j’avais rédigé le brouillon de mon premier blog. Connaissant ses facultés de rédaction, je souhaitais qu’elle ait un regard critique sur mon travail. Ce fut la douche froide.

Contresens, erreurs de syntaxe, fautes d’orthographe, le bilan n’était pas fameux. On peut dire qu’elle s’arrachait les cheveux. Elle m’a confié plus tard avoir bien cru que nous n’y arriverions jamais.
Moi qui partais avec de grandes illusions, j’ai compris qu’il allait falloir travailler dur si je voulais arriver à mon but : partager et transmettre ma passion des autos miniatures.

Ainsi, à « grands coup de ciseaux » pour reprendre son expression favorite, mon épouse a remanié le texte afin qu’il soit clair et compréhensible de tous. N’ayant pas un égo surdimensionné, j’ai pris la chose avec philosophie. Avec le temps, j’ai pu constater que ses corrections permettaient aux gens non initiés au monde de la collection de miniatures de trouver un intérêt à la lecture de ces quelques lignes.

Il faut reconnaître que le support papier n’était pas la bonne solution et que le traitement de texte facilite le travail à quatre mains. Mais l’inspiration me venant souvent de manière soudaine, sur mon vélo, dans une salle de cinéma, dans un musée ou dans le métro j’ai toujours besoin de consigner l’idée sur une feuille avant qu’elle ne s’envole.

Cependant, poursuivant notre petit bonhomme de chemin, nous voici arrivés au cinq-centième blog, ce qui représente quelques feuillets. Je n’ai  pourtant jamais eu la tentation de concevoir un ouvrage sur notre collection. Ce qui m’intéresse, c’est de présenter les miniatures à travers leur histoire et mes expériences personnelles, sous un angle original et différent de ce qui existe déjà. Pour cela, le blog laisse une liberté sans pareille : il est de plus accessible à tous. Et si de livre il n’y aura jamais, j’ai quand même décidé de faire un clin d’oeil au monde de l’édition en retenant ce thème pour le blog du jour.

En fait, je dois avouer, qu’il y a déjà très longtemps que je cherchais un prétexte pour vous montrer une miniature qui me tient à coeur. Il s’agit d’un véhicule réalisé par Erzgebirge.

C’est plutôt la thématique choisie par le fabricant qui est exceptionnelle. Il s’agit d’un bibliobus des années trente. D’après des photos que j’ai pu voir du vrai véhicule, il aurait été conçu sur la base d’un Büssing.

Réalisé bien sûr en bois, comme tous les jouets de cette firme, il possède un charme indéniable. Le fabricant a même pris le soin de faire figurer à l’intérieur, à l’aide d’un tampon, des livres rangés sur des étagères.

Une figurine représentant la bibliothécaire finit de donner au jouet toute sa poésie. Enfin, il est intéressant de rapprocher la fabrication de ce jouet de la période troublée que traversait l’Allemagne dans les années trente et notamment de l’autodafé en 1933 des ouvrages écrits par des écrivains juifs ou communistes. Ce pacifique petit véhicule, contemporain de ces exactions, peut être vu comme un symbole de la transmission du savoir, mais aussi comme un pied de nez aux autorités nazies.

A partir de ce véhicule, j’ai choisi de dériver vers les véhicules arborant des noms de journaux ou de maisons d’édition situés dans l’Europe du Nord. Au regard du nombre de miniatures aux couleurs des grands quotidiens allemands, on ne peut s’empêcher de penser qu’il y  avait outre-Rhin un engouement pour ce type de vecteurs publicitaires.

Le grand quotidien « Der Spiegel » fera réaliser des miniatures à ses couleurs.

Märklin fournira tout d’abord un Volkswagen Kombi, puis Tekno un camion Ford D800.

Pour cette occasion, Tekno a conçu cet habillage de type fourgon, peu crédible mais bien pratique pour apposer l’autocollant ceinturant la caisse. Il s’agit bien sûr de véhicules hors commerce.

A partir de son Volkswagen fourgon, Wiking produira une version estampillée à l’aide d’un tampon « BZ » pour le Berliner Zeitung.

En tant que firme berlinoise, Wiking semblait une entreprise toute indiquée pour ce journal.Ce produit est rare. Je ne me souviens pas en avoir croisé un autre que celui que je possède.

C’est à RW Modell qu’un autre journal, le « Berliner Morgen Post » s’adressa pour reproduire ce sympathique Ford Transit châssis court.

La décoration est des plus sobres. Conçu pour une fonction promotionnelle, comme tous les produits présentés ce jour, il est également difficile à se procurer.

Autre pays du Nord a avoir utilisé les miniatures automobiles comme vecteur publicitaire, les Pays-Bas. Présentons deux rares et splendides produits. Le premier, a été réalisé pour un hebdomadaire de programmes de télévisions « Avro Bode ».

En échange d’un abonnement, le journal envoyait par la poste ce très sympathique Bedford 10cwt de Corgi Toys aux couleurs du magazine. Pour cette occasion Corgi Toys a réalisé une couleur spécifique, un très beau bleu dur, et a décoré les panneaux du fourgon de décalcomanies aux armoiries du journal. La boîte, blanche, est très sobre. L’ensemble était bien sûr glissé dans un petit carton d’expédition que je n’ai jamais vu. Le produit est rare.

L’autre modèle est peut être encore plus intéressant. Le 21 décembre 1963, en échange de 3 Florins, le lecteur du journal « Haagsche Courant » pouvait acquérir une reproduction « made in Denmark » (dans le texte) d’un Volkswagen Kombi aux couleurs du journal. Pour ma part, j’ai acquis le journal près de 30 ans après avoir eu la miniature et ce document a autant d’intérêt que la miniature produite par Tekno.

Il se peut que l’objet ait été distribué par l’intermédiaire d’abonnements et qu’un surplus ait été vendu. Des lecteurs néerlandais pourront peut être m’éclairer sur ce sujet.

En attendant la suite, consacrée aux maisons d’édition scandinaves, je dois ici juste remercier mon épouse de m’avoir épaulé, aidé conseillé. Les textes n’auraient pas eu le succès qu’ils ont sans elle. Ils sont le fruit d’une longue complicité et nous avons un plaisir toujours renouvelé à vous les présenter. Quant à moi mon premier plaisir consiste à la surprendre à travers ces histoires.

 

 

 Autojaune

autojaune@orange.fr

 

 

 

Provenance : Courrier pour Windows 10

 

 

L’absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
www.avast.com

 

 

Vous en aviez rêvé ?

Vous en aviez rêvé ?

Vous aimez la Ford Fordor ? Vous auriez aimé des déclinaisons de cette sympathique berline américaine reproduite par Dinky Toys Liverpool ? Vous auriez voulu des versions taxi, police, pompier, militaire, avec haut-parleur. ?

Lemeco l’a fait !

Or cette firme vous est peut-être totalement inconnue. Etablie en Suède elle a eu une existence assez brève. On peut aisément en comprendre la raison.

Les six moules utilisés par Lemeco ne sont que des plagiats de modèles existants. Quatre d’entre eux sont empruntés au catalogue Dinky Toys. On peut aisément comprendre les griefs de la firme de Liverpool, qui était d’ailleurs elle-même fort bien implantée en Suède, envers l’entreprise suèdoise.

Le vrai problème de ces rares miniatures est leur conservation dans le temps. Une partie de la production est affectée de métal fatigue conséquence de la qualité médiocre du zamac utilisé. Heureusement, quelques exemplaires ont été épargnés ce qui renforce le phénomène de rareté .

Je peux affirmer que la Suède n’a pas eu l’exclusivité de ces objets mais qu’ils ont également été vendus au Danemark, en Belgique et même en France !

Dans un lointain passé j’ai acheté une collection assez anonyme constituée à Paris dans les années cinquante. En voyant deux Lemeco au milieu des Norev et des Dinky Toys je n’ai pu m’empêcher de demander au propriétaire s’il avait effectué un voyage en Scandinavie dans ces années-là. Mon interlocuteur a été surpris de ma question, et m’a indiqué que ses modèles venaient principalement d’une petite boutique située près du Jardin du Luxembourg à Paris. Plus tard, j’ai retrouvé d’autres Lemeco en France. Bien sûr, ce ne fut pas une importation massive. En Belgique, des Lemeco ont également été distribuées sur la côte, dans la région de La Panne.

Au milieu de cette gamme de miniatures, c’est la Ford Fordor et ses déclinaisons qui méritent selon moi que l’on s’y attarde. Lemeco a transposé cette paisible berline américaine dans le paysage routier suédois .

Ainsi la version pompier qui aurait pu être une « fire chief » devient « brandbil « !

la « Police » une « Polis ».

On appréciera la version équipée d’un haut-parleur, accessoire très en vogue sur les miniatures scandinaves dans les années cinquante.

Avec sa galerie rapportée la « taxibilen » de couleur noire, comme il est de rigueur en Scandinavie, est pleine de charme. La version militaire n’apporte rien par rapport à la Dinky Toys.

Il existe également une version aux couleurs « Shell » reprenant la décalcomanie vue sur le camion-citerne que je n’ai encore jamais eue en mains,. Enfin, curieusement, la paisible version berline, si fréquente en Dinky Toys, est selon moi la plus rare des Lemeco !

Dernier point et non des moindres, en 1950, la version Dinky Toys n’est disponible qu’en boîte de six pièces. Il n’y a donc pas d’étui individuel. La firme suédoise a créé un étui individuel bien avant que Dinky Toys ne le fasse. Les étuis sont des raretés, bien plus rares encore que les modèles ! Les dessins épurés, sur fond blanc, sont superbes.

Ces miniatures, je les ai cherchées avec autant d’enthousiasme que les Tekno lors de mes voyages en Scandinavie. 40 ans n’ont pas suffi à les rassembler toutes. Il me manque la version « Shell ». Si vous l’avez en collection sachez que je suis preneur.

 

Petit moteur et sexe faible

Petit moteur et sexe faible

Je ne suis pas certain que Simone de Beauvoir et les autres féministes du milieu des années cinquante aient apprécié le vecteur choisi par le patron de Simca pour promouvoir sa nouvelle gamme de coupés et cabriolets.

Henri Pigozzi avait en effet imaginé une auto élégante et racée destinée aux femmes possédant les même attributs.

A une époque où peu de femmes étaient indépendantes financièrement, ce projet semblait vouer à l’échec, mais on sait combien M. Pigozzi appréciait la gent féminine.

Avec le recul on ne peut que constater qu’il était en avance sur son temps. Ce coupé/cabriolet n’était pas conçu pour emmener promener les enfants le jeudi au bois de Vincennes, mais plutôt pour aller essayer les dernières nouveautés de chez Dior avenue Montaigne ou prendre le thé chez Ladurée.

L’auto s’est d’ailleurs affichée avec des mannequins dans les vitrines des Galeries Lafayette lors d’une campagne publicitaire. Cette opération de séduction envers la clientèle féminine inaugurée par le patron de Simca en personne s’intitulait « La femme et sa voiture ».

Si la voiture était élégante, on peut émettre des réserves sur son moteur qui n’était pas celui d’un pur-sang. Elle était équipée du moteur de l’Aronde Monthléry 57cv. Et pas un plus. Ce n’est pas le genre d’auto qui aurait tenté la romancière Françoise Sagan, elle qui aimait ressentir la sensation de vitesse au volant de ses Gordini, Jaguar et Aston Martin. La Simca Océane ou Plein Ciel lui aurait semblé bien fade. En fin de carrière la voiture recevra le nouveau moteur de la Simca P60 « Rush super » de 62cv. En 1962 les derniers exemplaires seront équipés de celui développant 70cv.

Henri Pigozzi avait voulu reproduire un genre de petite Ford Thunderbird. Elle avait la couleur mais pas la saveur de la belle américaine.

Cette Simca de belle facture s’adressait à une clientèle privilégiée, certains spécialistes de la marque parlent même d’une auto « snob ». Elle ne correspondait pas à l’image de la marque Simca, qui est celle d’une auto populaire de qualité. Son prix de vente sera un frein à sa diffusion : il atteignait le double de celui d’une Simca Aronde, dont elle empruntait pourtant la base et le moteur.

En 1958 arrive la Renault Floride, bien moins chère et visant le même type de clientèle. Notre Océane ne s’en remettra pas.

Solido va inscrire la Simca Océane à son catalogue, en même temps que la Renault Floride d’ailleurs. On constate encore une fois combien la direction de Solido savait être opportuniste. C’est bien sûr la version cabriolet qui sera choisie, permettant à la firme d’Oulins de montrer son savoir faire. Pare-brise, aménagement intérieur, personnage au volant et bien sûr la suspension.

Solido maitrisait si bien ce type de produit, que jamais elle n’eut besoin de créer une cale de protection afin de protéger le pare-brise dans l’étui individuel. La qualité du plastique employé est aussi à souligner.

Je n’ai jamais vu de pare-brise fêlé sur une miniature en bon état de conservation de peinture, ce qui est loin d’être le cas sur les Dinky Toys. On appréciera la courbure du pare brise et cette impression de solidité. La planche de bord rapportée, en plastique, indépendante du pare-brise et astucieusement maintenue, permet d’amortir les chocs parasites sur ce dernier.

La miniature est une réussite : proportion, gravure de la calandre et des pare-chocs, tout est bien rendu.

Notre Simca Océane aura une carrière assez tranquille, ne connaissant qu’une variante majeure celle de la gravure de la plaque d’immatriculation avant sur le pare-chocs.

Il y aura peu de variantes de couleurs comme pour d’autres Solido de la même époque. J’avoue ne pas distinguer de teintes réellement plus rares parmi celles produites.

Un passage au Danemark chez Tekno enrichira la miniature de trois teintes superbes. On appréciera notamment la couleur bleu marine, très foncée, presque noire.

Enfin, comme bon nombre de modèles Solido, l’Océane connaitra une production en Espagne chez Dalia. Cette production s’éternisera, on le constate au vu des variantes de jantes, des décorations et des couleurs d’aménagement intérieur.

Comme pour les versions française décrites plus haut, pas de couleur rare selon moi.

On peut juste signaler l’association de couleurs, capote bleu moyen avec la carrosserie bleu métallisé qui semble un peu plus rare. Si vous aimez les versions baroques, celle décorée d’une bande blanche et rouge est faite pour vous.

A ma connaissance et jusqu’à preuve du contraire les versions Dalia ne sont jamais équipées de personnages.

Comme la vraie voiture, la miniature semble avoir eu une carrière commerciale discrète. Ce sont les trois versions danoises qui se détachent.

 

 

 

L’héritier de la Shell

L’héritier de la Shell

La scène se passe sur une plage de Floride. Marilyn Monroe campe « Sugar », la chanteuse au ukulélé d’une troupe de Chicago constituée de « girls musiciennes », en tournée dans cet Etat ensoleillé. Le film, c’est « Certains l’aiment chaud ! » de Billy Wilder.

(voir la bande annonce du film)

Sugar est à la recherche d’un beau parti. Alors que Sugar a connu bien des déboires sentimentaux auprès de divers musiciens, cette tournée en Floride est pour elle une oportunité, une occasion de dénicher la perle rare. Tony Curtiss, « Joe » dans le film est un musicien sans le sou. Il tombe amoureux de la belle. Comme il connaît les ambitions de la chanteuse, c’est en habit de milliardaire, sur la plage de l’hôtel, qu’il finit par attirer son attention. Il feint l’indifférence. Sugar ne comprend pas qu’on lui résiste, elle s’imagine donc que Joe est très différent de tous les hommes qu’elle a connus auparavant. Elle tente de l’amadouer. Ce dernier se lance dans une improvisation pour lui faire miroiter sa fortune.

Voyant un seau de plage empli de coquillages abandonné par un enfant, il explique alors qu’il collectionne les coquillages, car il est l’héritier de la Shell » (coquillage en anglais) !

Tout cela dit avec le plus grand naturel et avec un accent sud américain des plus charmants. « Sugar » est convaincue d’avoir fait une belle prise.

Mais Joe doit fuir la mafia qui le poursuit. Prisonnier du personnage qu’il joue il ne peut rien révéler à Sugar et lui annonce qu’il doit partir pour le Vénézuela . En larmes, Sugar aura cette phrase

 « Il y a aura toujours une station Shell au coin de ma rue » !

En écho à la réplique de Sugar, je vous présente quelques stations et pompes à essence aux couleurs de la « Shell ». j’ai choisi celles réalisées en bois par Tekno dans les années cinquante. On sait combien Tekno maîtrisait ce matériau. Celui qui voyage en Scandinavie est coutumier des jouets à trainer, des casernes de pompiers et des camions en bois estampillés « Tekno ». Les réalisations vont de la simple pompe aux îlots doubles jusqu’aux garages. Ces produits sont très fragiles, et peu fréquents, surtout en bon état de conservation.

logo Tekno apposé sur le socle de la station
logo Tekno apposé sur le socle de la station

Comme toujours avec les jouets en bois édités par Tekno, une décalcomanie à la base de l’objet rappelle au consommateur qu’il est en présence d’un jouet de cette marque. C’est la griffe « Tekno ».

Pour enjoliver l’ensemble et garder une unité, j’ai mis ces jouets en situation avec les superbes Volvo N88 tracteurs semi-remorque citerne aux couleurs de la « Shell » produits aussi par Tekno. Je vous laisse chercher les variantes des six modèles : décalcomanies (évolution du logo à travers les âges), aménagement intérieur des cabines, trappes sur le dessus des citernes, jantes. Il faut avouer que les harmonies de couleurs sont des plus réussies.

Rien n’est dû au hasard. Les grands groupes pétroliers ont tous une identité visuelle marquée. Esso , le rouge et le blanc, BP le jaune et le vert, Mobil le rouge et Shell le rouge et le jaune.

Pourtant, je vais vous présenter un camion qui aurait troublé le raisonnement de la belle « Sugar » : une citerne « Shell », mais de couleur bleue et blanche.

De quoi chambouler toute sa logique. Maligne, elle aurait vite compris que la « Shell » c’est aussi des produits chimiques, un empire dans l’empire. Car pour toute compagnie pétrolière, le raffinage du pétrole engendre une industrie chimique en parallèle.

Corgi Toys a réalisé un exceptionnel coffret au début des années soixante à la demande de la branche néerlandaise de la compagnie « Shell ». A voir le luxe déployé dans l’édition de ce coffret, on imagine que le produit a été réalisé pour une grande occasion. C’est selon moi le plus beau produit Corgi Toys et l’un des plus désirables. J’ai mis bien du temps à pouvoir en acquérir un. La décoration, originale en bleu et blanc, est des plus réussies. La peinture bicolore est réalisée au pochoir, et des décalcomanies spécifiques ont été réalisées. La boîte, d’une taille hors du commun pour un objet réduit à l’échelle du 1/50 contenait un calage particulier et des fiches publicitaires enroulées à l’intérieur des cales.

Le grand jeu ! « Sugar » avait bien visé, on a les moyens à la Shell.

On pardonnera donc à la « Shell » de nous avoir troublé avec ce coffret ne reprenant pas les couleurs classiques de la firme. Et pour paraphraser le film de Billy Wilder, je reprendrai la toute dernière et célèbre réplique du film: « Personne n’est parfait ! »

Un chemin de croix

Un chemin de croix

La production des automobiles Pegaso s’est rapidement apparentée à un véritable chemin de croix. Ce n’est pas un vain mot de le dire. (voir le blog consacré à cette firme).

Cela m’amène à vous parler de M. Gillet, passionné d’automobiles et collectionneur éclectique de miniatures automobiles. Il aime beaucoup la firme Pegaso et place au panthéon des ingénieurs de l’automobile Wilfredo Ricart, l’ingénieur qui conçût les Pegaso.

Quand on lui parle d’Espagne, il s’enflamme vite. Notamment pour ce qu’il appelle la « Grande Espagne » qui va, selon ses dires de Philippe IV à Franco. Il connait beaucoup d’anecdotes concernant ce pays et ceux qui l’ont dirigé.

Dernièrement, il me fit remarquer que les camions miniatures de la marque de jouets Caramello, que j’avais identifiés comme des reproductions de Barreiros, étaient en fait des Pegaso Comet. Puis, il ajouta cette phrase qui n’a cessé de m’intriguer:

« Tous les modèles Pegaso contemporains de l’ingénieur Ricart sont faciles à identifier : ils sont toujours ornés d’ une croix sur la face avant et le plus souvent dans la calandre. » Il alla même plus loin en m’expliquant que l’ingénieur Wilfredo Ricart à qui l’on doit ces voitures Pegaso et qui participa aussi à la conception des poids lourds était un fervent catholique. Ainsi, la croix sur les faces avant des Pegaso serait en fait une allusion à la crucifixion .

J’avoue être resté sans voix. M. Dufresne et moi-même avons fait des recherches mais n’avons pas trouvé confirmation de cette théorie. Selon ce dernier, c’est hautement improbable. Alors, légende, interprétation a posteriori… Difficile de se prononcer, difficile de savoir si dans l’Espagne franquiste qui avait fait de la   guerre civile une véritable croisade, Ricart a délibérément choisi ce symbole, ou s’il ne s’agit que d’un ornement sans connotation religieuse.

A cette histoire hors du commun, j’ai choisi d’associer une autre reproduction de Pegaso qui m’a également laissé sans voix le jour où je l’ai acquise

Lors de la vente aux enchères consacrée à la collection de M. Pujol, collectionneur barcelonais, j’ai été intrigué par la photo de cette reproduction de Pegaso. Maquette artisanale, jouet, objet publicitaire, j’avoue m’être posé de nombreuses questions à la vue de la photo.

Je n’avais jamais entendu parler de cette reproduction. En tout état de cause, la dimension de l’objet à l’échelle du 1/50, le faisait rentrer de fait dans le thème de ma collection. J’ai acheté le modèle.

Les camions Pegaso eux ont eu bonne réputation et ont perduré longtemps avant que l’entreprise ne soit absorbée par Iveco. Les conditions d’utilisation très difficiles dans ce pays, ont constitué un test probant de leur fiabilité. J’ai beaucoup d’affection pour cette cabine représentative de l’Espagne des années cinquante.

C’est les vacances. Prochain  article fin aout. Vous pourrez durant tout l’été relire les 496 articles du blog  de l’Auto Jaune Paris !