Tous les articles par Le webmestre

Bluebird à Stockholm

Bluebird à Stockholm

A l’heure actuelle les records de vitesse ne sont plus d’actualité. Mais dans les années 30, ils avaient autant d’aura que les courses automobiles. Cette course aux records était très prisée par les anglo-saxons et se transforma vite en une compétition Anglais contre Américains.

Nous sommes au début des années 30. Les fabricants de jouets vont tout de suite s’intéresser à ce sujet. Il faut dire que ces engins aux lignes futuristes sont impressionnants. Avant guerre, Dinky Toys inscrira plus de voitures de records à son catalogue que de voitures course. Sir Malcom Campbell vient avec son bluebird de battre le record de vitesse, en 1933.

C’est cette version de la Bluebird qu’Eneret, petit fabricant Suédois choisit de reproduire.

La bluebird mesure 11 cm ; il est injecté dans un alliage très chargé en plomb. Les formes sont simplifiées, voir caricaturées. La gravure Eneret apparaît dans un petit rectangle rehaussé. Ces miniatures étaient disponibles peintes de couleurs vives (rouge, bleu,..) ou chromés. Le peu d’ouvrages traitant de cette marque mentionne l’existence d’un seul modèle !

A la réception d’un catalogue d’une petite salle des ventes scandinave, j’ai été attiré par la présence d’un lot décrivant des miniatures d’avant guerre provenant des firmes Birk et Micro. Après avoir pris des renseignements téléphoniques afin d’obtenir une description sommaire de la composition du lot, j’ai décidé de miser et j’ai emporté l’enchère. Ma surprise fut grande à la réception du colis, avec la présence d’un second modèle Eneret, un Bluebird mais de 1935 mesurant 12cm. Il possède les mêmes caractéristiques que son ainé.

Je n’en ai jamais revu un autre. Connaissez- vous un troisième modèle ?

La station Shell de Rumilly et son Berliet

Voici l’histoire peu commune d’un camion Berliet que l’on peut attribuer à deux fabricants Mont-Blanc et Miniature  Je ne connais pas d’autre situation de cette nature. Ce  jouet est le fruit d’une association de 2 firmes ayant comme point commun la localisation dans les Alpes.

Mont-Blanc basé à Rumilly (74) produisit un superbe Berliet GLR à une échelle supérieure à celle du modèle présenté. Berliet fut séduit par cette superbe reproduction

Citerne Shell
Citerne Shell

Il est fort possible que la firme Lyonnaise s’adressa à Mont-Blanc pour étudier la réalisation d’un modèle similaire, mais de taille inférieure, pour d’évidentes raisons de coûts de fabrication.

Le choix se porta sur une association de 2 matériaux le plastique et la tôle. le plastique utilisé pour la cabine et le châssis facile d’utilisation permet de reproduire fidèlement les lignes particulières (courbures délicates) de ce superbe camion. La tôle lithographiée, technique fort utilisée avant la guerre montre ici ses limites : s’il est possible de réaliser une benne avec un résultat satisfaisant, la citerne qui nécessite des pliages plus complexes est moins convaincante.

Pour des raisons que j’ignore, Mont-Blanc s’adressa à Minialuxe pour fournir les parties injectés en plastique ce qui est paradoxal puisque Mont-Blanc deviendra, quelques années plus tard un spécialiste de l’injection en plastique, reconnus par les professionnels de l’automobile (Citroën notamment).

Minialuxe, localisé à Oyonnax, produisit l’ensemble cabine et châssis. Le plastique utilisé n’est pas d’une très grande qualité. Il est cassant. La gravure est bonne mais pas exceptionnelle comparé avec ce que Wiking proposait en Allemagne à la même époque pour le même type d’objets. Il est possible, comme très souvent à cette époque que ces véhicules aient été assemblés à domicile, par des personnes payés à la pièce.

La finition laisse à désirer : souvent, des traces de colle apparaissent sur la cabine. La reproduction est agréable de prime abord. Un regard critique conduit cependant à relever le manque d’homogénéité entre les matériaux entrant dans la composition de ce jouet.

On voit clairement que le véhicule provient de deux unités de fabrication différentes, voire de deux conceptions différentes. Au final, demeure un superbe camion en harmonie avec sa livrée Shell.

Ces firmes proposèrent aussi une version ridelles et une autre en benne (il s’agit en fait la même pièce articulée à l’extrémité du châssis). Une version pour Berliet, arbore la célèbre locomotive sur les flancs et à l’intérieur de la benne.

Signalons pour finir la dernière particularité de ces modèles : sur les boîtes figure d’un côté au niveau de la languette le nom Minialuxe, et sur la languette opposée le nom de Mont-Blanc

Incendie à Copenhague !

Incendie à Copenhague !

Il est toujours plaisant pour un collectionneur de longue date de découvrir une nouvelle firme. Nous avons eu connaissance de ce fabricant pour la première fois dans l’ouvrage de Samlerborsen consacré aux productions danoises en miniature.Il serait l’oeuvre de Jotha Plastic.  Un vrai choc !

Incendie à Copenhague !
Incendie à Copenhague !

En 25 ans de voyage en Scandinavie nous n’avions jamais vu cet objet. Il y a trois ans, au détour d’un catalogue de salle des ventes Suédois l’objet convoité était présenté superbe, complet … neuf en boîte. Comment était il arrivé là ? … Mystère !

Manifestement il n’avait pas trouvé grâce auprès de son petit propriétaire ou plus simplement il était demeuré au fond d’une boutique, trésor ignoré d’acheteurs qui ne savent pas regarder.

Le plastique utilisé est de très belle qualité. C’est un jouet ludique. Le fourgon renferme un réservoir fermé par un bouchon servant d’amorce à une pompe. Le dévidoir est opérationnel. Les phares et le projecteur sont phosphorescents : ce qui est une caractéristique fréquente des jouets nordiques ; la nuit tombe tôt, il faut égayer les longues soirées d’hiver.

L’allure générale de ce fourgon fait penser à une reproduction d’un Triangel firme automobile danoise (voir la reproduction qu’à réalisée tekno). Les extensions d’aile sont assez généreuses. L’échelle retenue est le 1/43 environ. De nombreuses pièces en plastique rapportées composent ce jouet. Sur l’exemplaire présenté tout est en place mais iIl est facile d’imaginer la fragilité de l’ensemble.

Une question me taraude : ce fabricant éphémère, Jotha Plastic, a-t-il produit d’autres modèles ?

La Peugeot 203 en safari !

J’ai trouvé ce coffret aux Etats-Unis lors d’une bourse d’échange à Allenntown. Il y a toujours un grand plaisir à découvrir un modèle que vous ne connaissez pas. Mais là, une auto française, une Peugeot 203 perdue aux fins fonds des Etats-Unis, le plaisir était décuplé !

Tout de suite, les amateurs que vous êtes auront vite fait de reconnaitre dans le modèle Bayshore, une copie d’un modèle produit en France par Cofalu : la Peugeot 203 radio télévision, voiture suiveuse du tour de France cycliste.

Peugeot 203 Safari Bayshore
Peugeot 203 Safari Bayshore

Le modèle est réduit à l’échelle du 1/32 environ (13 cm pour l’auto, 14 cm avec la plateforme). Quelques détails diffèrent entre les deux modèles. Chez Bayshore, le couvre capote enroulé sur le pare brise a disparu, de même que la plaque au dessus du pare choc avant. La copie se veut plus polyvalente, par la suppression des 2 supports horizontaux maintenant la plateforme. En fait Bayshore a transformé son modèle en cabriolet, en créant au niveau de la malle arrière un disgracieux système de maintien de la plateforme à l’aide d’un bouchon en plastique de couleur orange : on peut douter de l’efficacité du système de rotation de la plateforme ! Les roues ne sont plus en plastique monobloc mais avec des pneus en caoutchouc rapportés sur des jantes en plastique de couleur noire; il a fallu bien de l’imagination à Bayshore pour faire passer cette Peugeot 203, des routes ensoleillées du Tour de France, à celles défoncées des pistes africaines !

A travers la composition de ce coffret, il est évident que la clientèle visée est celle d’enfants en bas âge… la présence des animaux féroces devaient plus les attirer que celle de cette 203… inconnue aux Amériques !

D’ailleurs, je me souviens qu’un jour, à Chicago, un marchand américain m’a demandé de mettre un nom sur cette mystérieuse européenne…

Il faut quand même revenir sur la composition de ce coffret qui a autant d’intérêt que l’auto elle-même. Les figurines sont toutes à des échelles différentes. On observe un chasseur blanc présenté maladroitement en train de viser un fier guerrier africain, lui-même de taille équivalente à la girafe. Le lion chétif et le tigre (curieuse cohabitation) sont de taille équivalente au… daim… plus familier des pays continentaux !… peu importe, le charme opère, et ce coffret est une rareté.

Il ne doit pas être contemporain du modèle Cofalu, mais bien plus tardif. Observez le dessin du carton… on voit apparaître en haut à droite une Lincoln Continental du début des années 60.

Un client Canadien m’a indiqué une autre variante de couleur pour cette auto.

Une Peugeot 203 Dinky Toys en cadeau !

Nous sommes en présence de 2 modèles Peugeot 203 Dinky Toys de première génération, avec bien sûr le pavillon lisse et le bouchon de réservoir sur l’aile arrière droite.

Peugeot 203
Peugeot 203

Ces 2 autos sont équipées, de manière anachronique de jantes chromées. Ce fait n’est pas une exception. Nous connaissons aussi une Simca Aronde taxi première calandre, excessivement rare, équipée de ces jantes… qui n’apparurent que sur les modèles suivants, l’Elysée ; revenons à ces Peugeot 203.

La première est chromée : la qualité du chrome est évidente. Elle semble d’ailleurs être un peu plus lourde qu’une version peinte. Cette auto provient de la famille Chaudey (voir les Simca Cargo, Citroën U23, Plymouth belvedère..) et son authenticité est indiscutable.

Une petite anecdote : la famille Chaudey avait établi une liste de leurs modèles à vendre, avec indication des couleurs. Au niveau de la 24 R était indiqué « argent ». J’eu la surprise en me rendant chez eux de découvrir cette auto chromée.

Je pense qu’il s’agit d’un projet de cadeau pour Peugeot et c’est sûrement dans une logique esthétique qu’elle a été équipée de jantes chromée, en adéquation avec la finition du modèle.

La seconde Peugeot 203 est d’une authenticité toute aussi indiscutable ; elle possède les mêmes caractéristiques que la première et les même jantes chromées. Ce pourrait être un pendant au même projet, mais avec une finition dorée. Toutes les parties en argent sont réalisées avec l’aide d’un pochoir comme les autos de série ce qui permet de penser qu’elle n’est pas unique. Je suis persuadé que l’on en verra d’autres un jour ou l’autre.

Peugeot a toujours été lié à Dinky toys : dans les années 50 l’entreprise fit réaliser une belle série de Peugeot D3A fourgon reprenant ses couleurs. Il y eu même 2 versions aux couleurs « Peugeot service ». Peugeot a également distribué dans ses concessions des 403 de couleur identique à celles distribuées par Dinky toys dans le commerce.

Plus tard, au milieu des années 60, la Peugeot 204 sera présentée en même temps que sa reproduction en miniature, avec un étui particulier, une belle robe blanche et une particularité : une gravure de châssis différente de celle distribuée en commerce (sans la mention « SGDG : sans garantie du Gouvernement » )