Porsche F2

Porsche F2

La belle opportuniste

La firme Porsche est née juste après la seconde guerre mondiale. Dans cette période troublée, le pari consistant à proposer des autos à vocation sportive pouvait paraître risqué. Le succès ne s’est pourtant pas fait attendre. La firme de Züffenhausen a bien évidemment choisi le vecteur de la compétition automobile pour promouvoir ses produits. La 356 s’est très rapidement forgé un palmarès qui mettait en lumière ses qualités routières.

cendrier humoristique BP avec Porsche 718
cendrier humoristique BP avec Porsche 718

Porsche a donc inscrit son coupé dans les grandes compétitions automobiles de l’époque. La direction avait compris que ce choix constituait le moyen le plus efficace pour faire connaître ses produits auprès du grand public. A l’origine l’usine préparait des 356 allégées qui remportèrent de beaux succès dans la catégorie où elles étaient engagées, notamment aux 24 heures du Mans.
Puis, très vite, la firme de Stuttgart s’est enhardie et a développé un modèle destiné à la compétition, la 550 (voir blog précédent).

Dans le domaine de la compétition automobile, Porsche  a su faire preuve d’un bel opportunisme.

En 1956, les règlements de la commission sportive internationale (CSI) ont instauré pour la formule 2 des moteurs de 1,5l de cylindrée. Porsche y a vu l’occasion de concourir dans une nouvelle catégorie à peu de frais. Elle a donc engagé dans la catégorie » Sport », avec ce type de motorisation, le modèle 718.

Pour les courses de Formule 2, le règlement de l’époque autorisait encore les monoplaces avec des carrosseries couvrant les roues, comme les voitures de sport dont le modèle 718 faisait parti.

Il suffisait donc aux ingénieurs de supprimer un des deux baquets, d’installer la colonne direction au centre et le tour était joué.

Ces autos s’illustrèrent surtout sur le circuit de l’Avus à Berlin. A partir de 1958, ce type de carrosserie couvrant fut interdit. Qu’à cela ne tienne, Porsche adapta son nouveau châssis de 718 millésime 1958 à la Formule 2. L’empattement fut conservé, identique à celui du modèle sport. Pour réaliser cette monoplace, il a suffi à Porsche d’installer le poste de conduite au centre et de réduire la voie. On fabriqua ensuite une vraie carrosserie de monoplace répondant aux nouveaux règlements, avec les roues découvertes.

La Porsche 718 monoplace n’est donc qu’un dérivé d’un modèle « Sport » et non une monoplace conçue à partir d’une feuille blanche comme les Cooper ou Lotus. Cela se ressentira dans les performances.(voir l’histoire des Cooper).

Les règlements internationaux évoluèrent. Ainsi une formule 2 année 1959 (monoplace équipée d’un moteur de 1,5l ) devient en 1961 rien moins qu’une Formule 1 ! En effet pour la catégorie reine des monoplaces, la CSI n’admit que des moteurs de 1,5l. Notre Porsche 718 concourut ainsi en Formule 1. Mais le quatre cylindres devenait vraiment trop juste pour pouvoir lutter avec les autres modèles.

Commence alors une escalade à la puissance. Porsche se décide à créer un 8 cylindres et l’adapte aux modèles « Sport”, en faisant passer la cylindrée à deux litres.

De l’opportunisme du départ qui avait consisté à transformer son modèle « Sport « , Porsche s’est trouvé entrainé dans une course à la dépense, afin de rester compétitif dans un domaine où Ferrari et les Anglais possédaient une bien meilleure expérience. Dans son livre « Les années Clark » qui m’a servi de support pour étayer mes propos, Gérard Crombac explique que durant la saison 1961,Porsche a dépensé dans ce cadre 3% de son chiffre d’affaires, une somme élevée et bien supérieure à celle des autres écuries. Le succès n’a pas couronné cet effort financier, et Porsche a jeté l’éponge.

Pour illustrer cette première partie, voici des reproductions qui sont contemporaines de l’engagement de cette auto en compétition. Cette partie première est consacrée aux firmes Clé, Ingap, Politoys et à d’autres firmes de Hong Kong. Dans une seconde partie nous verrons la reproduction offerte par Solido et ses dérivés.

Dinky Toys Chrysler Airflow France

Dinky Toys Chrysler Airflow France

Une Airflow made in France !

Dinky Toys coffret série 30
Dinky Toys coffret série 30

La série 30, celle à laquelle fut rattachée la Chrysler Airflow se distingue par son caractère disparate. Elle comprend trois autos, une Rolls Royce, une Daimler et une Vauxhall mais aussi un camion dépanneuse et une ambulance provenant de la série 24.

Dans son ouvrage sur les Dinky Toys Mike  and Sue Richardson avaient déjà relevé le manque d’homogénéité de la gamme. Ils n’ont pas non plus d’explication à nous fournir sur le changement de numérotation de la Chrysler Airflow.

Il est possible que Dinky Toys ait envisagé dès 1934 une série de miniatures reproduisant des autos américaines et que la série 32 ait été créée à cette fin.

Le projet ayant été abandonné, la Chrysler est allée rejoindre la série 30 tout juste créée. La présence de l’ambulance venant de la série 24 mais aussi celle de la dépanneuse laissent penser que la série 30 a été l’occasion de regrouper des modèles sans lien entre eux. En 1939, Dinky Toys lancera deux belles séries, homogènes cette fois : la 39 consacrée aux véhicules américains et la série 38 dédiée aux cabriolets anglais.

La Chrysler Airflow semble avoir été pour Meccano un objet de grande fierté, dans la gamme avant guerre. Ma pratique des bourses d’échange de jouets m’a permis de constater qu’on en rencontrait dans tous les pays d’Europe, ce qui prouve qu’elle a été exportée en grand nombre.

Elle est sans aucun doute plus fréquente que les autres modèles des séries 30 ou 24 d’avant-guerre.

La France tient une place à part dans l’histoire de Meccano et de Dinky Toys puisqu’une unité de fabrication a été implantée dans notre pays.

Des exemplaires d’Airflow sont sortis de cette unité. Ces modèles se différencient des modèles anglais par un détail : ils sont équipés de pneus portant la gravure « Dunlop ».

Toute la question est de savoir si l’Airflow a été intégralement fabriquée en France, c’est à dire injectée, peinte puis assemblée ou si seule l’opération d’assemblage s’est faite chez nous.

 

Le fait de collectionner les Dinky Toys anglaises d’avant-guerre permet de proposer une réponse. Il faut observer les couleurs des Chrysler Airflow qui portent les pneus « Dunlop » et qui sont ainsi répertoriées comme françaises. Nul doute, les couleurs sont les même que celles utilisées à Liverpool sur les modèles fabriqués outre-manche. Je n’ai jamais rencontré de Chrysler Airflow brune, ou bleu foncé, comme les couleurs qui habillaient les Peugeot 402. Il paraît donc probable que les carrosseries étaient envoyées peintes en France et que seul l’assemblage s’y faisait. On sait très bien que ces choix sont uniquement dictés par les taxes douanières et les accords commerciaux en vigueur à l’époque La finalité était de favoriser au maximum la main d’œuvre locale.

Pour finir avec ces histoires de taxes d’importation, il est singulier de constater que les choses se passèrent de manière différente dans l’autre sens, c’est à dire de la France vers la Grande-Bretagne. Mais cela sera le sujet du prochain article.

Voir l’article sur la Chrysler Airflow anglaise

Dinky Toys Chrysler Airflow

Dinky Toys Chrysler Airflow

Une voiture moderne à Binns Road.

Dinky Toys Chrysler Airflow
Dinky Toys Chrysler Airflow

A chaque fois que j’ai l’occasion de voir une  Chrysler Airflow  Dinky Toys j’imagine l’effet qu’elle a dû produire sur les jeunes amateurs à l’époque de sa sortie. L’ Airflow était le symbole de la voiture moderne. Par ricochet, il en fut de même de sa reproduction en miniature, dans la gamme Dinky Toys.

Car aussi charmantes soient-elles, les Armstrong Siddeley, les Bentley, les Rover et les autres miniatures des séries 24 et 36 font figure d’antiquités à côté de l’ Airflow.

La miniature est conçue de manière monobloc, comme l’originale qui lui a servi de source d’inspiration.

Dinky Toys Chrysler Airflow avant-guerre
Dinky Toys Chrysler Airflow avant-guerre

Une belle calandre sur laquelle est fixé le pare-chocs avant, ainsi qu’un pare-chocs arrière viennent habiller la miniature. Cela change des autos des séries 24 et 30, contemporaines, qui sont conçues en deux parties, une carrosserie et un châssis.

C’est une miniature moderne que Meccano met sur le marché. Dinky Toys s’est mis au diapason de Chrysler.

Brièvement numérotée 32 elle rejoint rapidement la série 30 avec le suffixe A.

 

Airflow: A gauche série 30 et à droite série 32 (rare)
Airflow: A gauche série 30 et à droite série 32 (rare)

J’ai mis très longtemps à pouvoir identifier une série 32 d’une série 30. Il faut retourner la miniature. La première série, la 32, a des orbites de phares évidées. Pour des raisons vraisemblablement techniques car les parties évidées doivent être ébarbées, le moule a été comblé. La série 32 est rare.

Dinky Toys Chrysler Airflow avant-guerre
Dinky Toys Chrysler Airflow avant-guerre

La reproduction offerte par Binns Road est flatteuse. L’échelle choisie est proche du 1/43. Elle est supérieure à celle des autres autos de la série 30. Je ne parle pas du camion de la série 30 qui lui est au 1/75 environ.
Pour les puristes signalons que les tous premiers exemplaires, donc de série 32, sont en plomb.

On retrouve les couleurs de la palette Dinky Toys d’avant-guerre. Les premiers exemplaires ont ma préférence. Les jantes sont peintes. Dinky Toys maitrisait parfaitement les harmonies, et les associations de couleurs sont un peu la signature de Binns Road. Il y a là une façon de faire typiquement anglaise. On trouve ainsi des jantes de couleur bleue associées à une carrosserie rouge ou verte.

Voir l’article sur la Chrysler Airflow Dinky Toys France

Dalia Lancia Flaminia

Dalia Lancia Flaminia

Elégance italienne à Barcelone.

Dalia Solido Lancia Flaminia avec phares moulés
Dalia Solido Lancia Flaminia avec phares moulés

Comme bon nombre de modèles de la série 100, la Lancia Flaminia sera produite de l’autre côté des Pyrénées, en Espagne. Contrairement à d’autres modèles de la série 100, sa carrière internationale se limitera à ce pays. Elle n’aura malheureusement pas l’honneur d’être produite au Brésil ou en Argentine.

La version espagnole produite à Barcelone chez Dalia aura une belle et assez longue carrière.

Dalia Solido Lancia Flaminia avec phares moulés
Dalia Solido Lancia Flaminia avec phares moulés

L’existence de trois boîtes différentes en atteste.

Ceci dit, par rapport à d’autres modèles Solido-Dalia comme la Mercedes 220SE ou la Ford Thunderbird, elle ne sera jamais affublée des décorations et accessoires qui caractérisent les Dalia dont la production s’est étendue sur une longue période. Il n’y aura pas de déclinaison taxi, ambulance, Autopistas, course ou Bomberos. Il est certain que cela ne n’aurait pas été très crédible.

Mais sur ce point, Dalia ne s’est jamais retenue de produire, surtout à la fin, des versions farfelues qui font désormais le bonheur des collectionneurs.

Il est intéressant de constater que le moule Dalia recevra les améliorations apportées par Solido à son modèle : les phares rapportés ont ainsi remplacé les phares moulés. Comme toujours avec Dalia, la qualité décline avec le temps. Les premières versions, celles avec phares moulés, recevront une peinture de meilleure qualité que les modèles suivants. Il en sera de même pour les finitions argent au pochoir. Par contre Dalia n’utilisera jamais les jantes standard en remplacement des jantes en acier chromé concaves comme Solido le fit.

La palette de couleurs est large. II est heureux de constater que Dalia n’affublera jamais cet élégant coupé de couleurs criardes. Il existe sans doute d’autres teintes que celles qui sont photographiées, à vous de les trouver !

voir les autres articles  consacrés à la Solido Lancia Flaminia

Les Fusées de Turin – Aero Mercury

  • Jantes en zamac brut
  • châssis en tôle puis en zamac riveté
  • phares moulés avec la carrosserie puis rapportés en zamac brut
  • calandres ornées de cinq barres puis de trois
  • laques d’immatriculation « TO 19 » puis « TO 16 »
  • certaines possèdent un anneau en zamac moulé au pare-choc. Il existe aussi deux versions mécaniques l’une avec un système de remontoir à clef et l’autre avec un entraînement du moteur par élastique.

Ce jouet ne reproduit pas un modèle précis. On peut facilement imaginer un châssis de Fiat avec une carrosserie artisanale : cela ce faisait beaucoup à cette époque. Mercury l’a intitulé dans son catalogue : « Aero » : la bien-nommée !

Les Aero Mercury dans leur ensemble dégagent une poésie particulière. Une poésie que l’on ne rencontre qu’avec certaines firmes. Ces jouets sont représentatifs à mes yeux d’une culture. La beauté de la forme est primordiale. Ce que l’on appelle désormais le design est ici exacerbé. Nous sommes en présence d’une forme fluide. On sent que le souci des concepteurs était la recherche de la vitesse. L’aérodynamisme est ici conjugué avec la beauté des formes. On imagine ces autos flanquées d’un numéro de course surgir au détour d’un virage des mille-miles.

Le choix des coloris est également très subtil. Nous sommes en Italie. On cultive le beau. J’ai une grande passion pour cette firme et pour ce pays.