Carmen et Lion-Car … suite

Pour la petite l’histoire, afin d’étoffer son catalogue, Tekno aussi loua à Lion-Car l’outillage de la DKW et de l’Opel Rekord. On retrouve ces miniatures dans les catalogues Tekno destinés aux professionnels. Elles seront baptisées Lion-Toys « made in Denmark ». Elles furent peintes en quatre couleurs chacune, dans des teintes propres à Tekno.

Lion-Car Renault 4 CV
Lion-Car Renault 4 CV et sa boîte

Pour illustrer nos propos, voici un échantillon de Renault 4cv produites par la firme néerlandaise.

Vous pouvez constater quelques détails qui diffèrent par D’autres modèles Lion-Car : montants de vitres latérales, finition en peinture, argent des détails…

Deux poupées dans la pampa !

Des documents récemment exhumés et venant de chez M. Greilsamer mettent en évidence tout l’intérêt que ce négociant parisien a porté aux modèles Buby. Il est intéressant d’analyser les bons de commande qu’on a eu la chance de préserver. En regardant la lettre manuscrite écrite par M. Greilsamer le 5 Mai 1971, on s’aperçoit que pour une même auto ce dernier a commandé les versions compétition en bien plus grande quantité que les versions routière. Ainsi la Ford Falcon référence 1020 a été commandée en 75 exemplaires et sa déclinaison « carrera » sous la référence 1021 en 125 exemplaires. On constate le même écart pour la Torino. Les modèles bardés de décorations semblaient avoir sa préférence. Pour le prototype Cheetah compétition, il avait même d’emblée commandé 200 exemplaires, mais ce modèle ne verra malheureusement jamais le jour.

Ford El Corsario
Ford Fairlane El Corsario

La lecture de ces chiffres révèle combien la clientèle de collectionneurs a été friande de bolides exotiques. Elle permet de mesurer l’évolution des goûts : désormais il y a plus d’amateurs pour les versions tourisme que pour les versions compétition !

Les autos que je vous présente ce jour n’avaient pas été sélectionnées en 1971 par M. Greilsamer. En effet, elles avaient déjà pour la plupart dix ans d’existence et ce dernier souhaitait des nouveautés ou des autos inédites. La plus intéressante à mes yeux, au niveau de l’histoire du sport automobile est la Mercedes 220SE. Il faut parler du fameux exploit qu’accomplirent deux femmes, deux Suédoises, en s’adjugeant au nez et à la barbe de tous les concurrents masculins le VI Gran Premio Internacional Standard Supermovil YPF, épreuve phare en Argentine. Dans ce pays machiste, la victoire d’Ewy Rosqvist et d’Ursula Wirth eut un retentissement phénoménal. En Argentine, elles volèrent la une des journaux à la crise des missiles de Cuba. Le grand Juan-Manuel Fangio vint même féliciter les deux femmes au terme de l’épreuve de 4 626 km. Pourtant, au départ de l’épreuve, les deux femmes avaient été victimes des quolibets de la presse. Elles faisaient partie de l’équipe Mercedes officielle, dirigée par Karl Kling, qui avait engagé quatre autos. Elles ont battu le record de l’épreuve, et se sont adjugées toutes les étapes ! Les autres autos de l’équipe Mercedes ont dû abandonner à mi-parcours, et, bien que débutantes dans l’équipe Mercedes, elles se sont montrées dignes de la confiance que Karl Kling avait placée en elles.

La Ford Fairlane est un bon exemple des autos qui participaient à cette épreuve. Buby a réalisé plusieurs décorations différentes. J’apprécie en particulier un détail représentatif des décorations d’une époque où les pilotes baptisaient leurs autos. Elles portaient ainsi des diminutifs inscrits sur les ailes arrière : « El Corsario » ou « Relampago » que l’on traduit par le corsaire et l’éclair ! Des surnoms qui inspirent le respect !

La Pontiac GTO s’est vu équipée, dans cette version « carrera » de jantes en zamac peintes de couleur rouge. Buby a réussi à transformer son beau coupé en une bête de course. Ce choix n’avait pas été retenu quelques années avant sur la Mercedes 300SL. Seule la décoration, timide, évoque la compétition. Elle n’en reste pas moins une miniature intéressante.

Je vous conseille de visionner la superbe vidéo de chez Mercedes, ci-jointe. vertige assuré !

Le Lorrain

J’ai eu l’occasion il y a peu de temps de m’interroger sur la chronique d’une journaliste qui enquêtait sur le monde de l’art et plus précisément sur la hausse des prix constatée lors de récentes transactions. Elle expliquait le phénomène par le fait qu’à la suite du dernier krach boursier certains investisseurs s’étaient retirés de la bourse et avaient placé une partie de leurs capitaux dans le marché de l’art. Jusqu’alors, j’écoutais cela d’une oreille distraite.

Chenard et Walker camionnette Spido
Chenard et Walker camionnette Spido

C’est la suite qui m’a fait réagir. La journaliste continuait en expliquant que les acheteurs préféraient les toiles d’Andy Warhol à celles du Lorrain ! Elle justifiait ces choix en expliquant que cette clientèle avait une culture moderne et que les œuvres anciennes demandaient une culture classique que ces nouveaux acheteurs n’avaient pas. Enfin, et cela devenait consternant, elle expliquait de manière sérieuse que ces acheteurs aimaient dans le pop art le fait que leurs invités puissent facilement identifier les œuvres d’art accrochées, et accessoirement évaluer le prix qu’ils y avaient mis.

Pour ma part, je ne pensais même pas qu’il circulait encore sur le marché de l’art des tableaux du Lorrain ! J’ai découvert ce peintre grâce à Alain Jaubert et sa série « Palettes ». Cette découverte m’a donné envie d’aller voir les toiles de l’artiste au Louvre puis, plus tard à la National Gallery à Londres et enfin au Prado à Madrid. En fins connaisseurs, nos amis anglais ont su acquérir des œuvres de l’artiste de son vivant, et continuent de l’appeler affectueusement « Claude ». Claude Gelée dit « le Lorrain » (1600-1682) a inspiré des générations d’artistes et demeure à mes yeux une référence dans l’histoire de l’art.

Andy Warhol peintre de l’underground new-yorkais des années 70, n’a jamais caché son intérêt pour l’argent. On trouve ainsi l’explication des séries sans fin, des « déclinaisons à la Warhol ». Il est bien à l’image d’une société qui glorifie l’argent. Son succès tient peut être aussi au fait qu’il y a suffisamment d’œuvres sur le marché pour contenter la demande importante.

Le rapprochement avec le monde de la miniature est facile. Pour nombre de collectionneurs de Dinky Toys, la Citroën 2cv camionnette « BB Lorrain » est le graal. L’acquisition de cette pièce est difficile, longue et il faut bien le dire, coûteuse. Pourtant, cette 2cv est assez laide. De plus elle n’est qu’un « code 2 ». En effet, si la peinture a bien été réalisée à Bobigny en toute petite série pour le magasin de jouets Lyonnais « BB Lorrain » qui était l’animateur principal du club Dinky Toys dans la région, le décalque est en réalité un vulgaire ruban adhésif qui servait dans ce magasin de jouets à fermer les paquets. Je connais une personne qui en possède un rouleau ! Cela explique le fait qu’un petit surplus de camionnettes sans décoration circule. Bobigny a dû, comme toujours en pareil cas et par logique industrielle en produire un peu plus que la commande passée.
Pour ma part, je préfère jeter mon dévolu sur des camionnettes bien plus anciennes, qui ont marqué de manière significative l’histoire de la miniature. Je veux parler de la firme CD (Charles Damage), qui a créé dans les années vingt une splendide série de miniatures. Je reviendrai sur ce fabricant qui mérite tout notre intérêt. Pour illustrer mes propos, j’ai choisi une camionnette destinée à faire le pendant avec le BB Lorrain. Ce modèle a une histoire bien particulière. Mon père avait exposé dans son magasin de chaussures quelques jouets. Peu de temps après, il reçut la visite d’un client qui poussa la porte de la boutique avec, à la main, une boîte à chaussures. Divine surprise, il ne s’agissait pas d’un retour défectueux : la boîte contenait 5 modèles en plomb des années 20-30 dont cette magnifique Chenard et Walker camionnette aux couleurs Spido. Dans les années 80 cette miniature n’était pas répertoriée. Depuis lors, au moins un autre exemplaire a refait surface.

Cette miniature est une des pièces phares de notre collection. De part son intérêt historique, sa beauté, sa rareté, elle me tient bien plus à cœur que la camionnette 2cv du BB Lorrain. Je suis bien conscient qu’il n’est pas évident d’apprécier cette camionnette CD alors qu’il y a peu d’informations sur le sujet. C’est pourquoi, je vais essayer au cours de cette année de vous faire apprécier cette marque qui a crée de vrais chefs d’œuvre, et qui comme Claude Gelée dit « le Lorrain », a montré la voie à bien des fabricants de miniatures.

Plagiat au camping

Vous craignez les chaleurs estivales ? Les plages surpeuplées de la côte d’Azur vous effraient ? Vous cherchez des vacances dépaysantes ? J’ai une proposition à vous faire : partir en camping en Grande-Bretagne, au pays où est né cet art de vivre.

Caravane
Caravane

Le camping doit être une invention anglaise. L’étymologie du mot ne laisse aucun doute sur ce point. Le mot vient pourtant du latin « campus » qui signifie « champ » ; « faire campos » indiquait la période des moissons durant laquelle les enfants qui avaient fini l’année scolaire allaient travailler aux champs. On retrouve ensuite la trace de l’expression en Grande-Bretagne, au 19ème siècle, chez les aristocrates, et surtout les grands propriétaires terriens. Ces derniers parcouraient leurs immenses domaines à l’aide de carrioles aménagées avec soin et grand luxe. Des textes décrivent même des roulottes équipées de baignoires. Plus tard le camping et le caravaning deviendront outre-Manche une institution. L’idée même d’une maison montée sur roues ne peut avoir germé que dans le cerveau d’un sujet de sa Gracieuse Majesté.

Sur la route, j’ai croisé une fois une superbe Rolls-Royce Corniche de couleur jaune canari, tractant une caravane de couleur assortie. Seule la Grande-Bretagne peut nous offrir un pareil spectacle. Il n’y a qu’à arpenter le magasin Fortnum & Mason pour s‘apercevoir que le camping ne s’improvise pas : vous pourrez vous y procurer tout l’attirail nécessaire à un pique-nique dans les règles de l’art. Il s’agit de ne pas commettre de faute de goût : à l’heure du Ricard c’est le champagne qu’il faut servir. Le camping n’exclut pas le raffinement !

En toute logique nos amis collectionneurs anglais ont une grande affection pour les modèles réduits en rapport avec ce sujet. A la vue du nombre de reproductions d’attelages réalisées par les fabricants de jouets anglais, on comprend que le caravaning est chez nos amis d’outre-Manche une institution. J’ai donc choisi quelques ensembles peu fréquents, des productions qui n’ont jamais été écoulées au-delà de Douvres ! Ces jouets étaient le plus souvent vendus dans des échoppes que l’on qualifierait chez nous, sans connotation péjorative aucune, de bazars. Les trois ensembles sélectionnés ont en commun de s’être inspirés de modèles Dinky Toys.

Le plus ancien est un charmant ensemble dû à Charbens. La caravane est la copie de celle produite par Dinky Toys dans sa série 30. Celle de Charbens, comme l’auto qui la tracte d’ailleurs, est moulée en plomb, contrairement à celle de Liverpool qui est en zamac. Elle fait partie d’un coffret portant la référence 525. Notons au passage que le catalogue Charbens comportait deux pages et ne comptait pas plus de trente modèles. L’ensemble est intitulé « Hikers Camp Set ». Il est livré avec une tente nommée « the hikery». L’auto représente une berline typiquement britannique, sans que l’on puisse lui donner une identité précise. Signalons que le catalogue Charbens d’époque mentionne le terme « coupé » pour décrire l’auto, bien qu’il représente une berline sur le dessin ! On appréciera l’attache rudimentaire servant à relier l’auto à la caravane : un simple fil de fer recourbé. Il est d’origine.

Le deuxième ensemble a été produit par Kemlow, fabricant éphémère. Les deux pièces sont injectées en zamac. Vous aurez reconnu la Ford Zephyr librement copiée sur celle de Binns Road. La finition unicolore lui confère une allure différente de celle de Dinky Toys qui ne proposera le modèle qu’en livrée bicolore. La caravane, qui n’est pas à la même échelle, est une création.J’aime beaucoup la façon dont le créateur de l’ensemble a résolu le problème auquel le confrontait le boîtage en réalisant un attelage de taille compatible avec ce dernier

Le troisième ensemble est une production de Hong-Kong. A l’époque, la raison de vivre des fabricants asiatiques était de copier, de parodier les productions occidentales. Pour les collectionneurs c’est devenu un plaisir de rassembler ces copies et d’identifier le fabricant qui a servi de modèle.

Le modèle est fabriqué par Blue Box. Vous aurez bien sûr reconnu l’Austin A105. Elle paraît frêle à côté de l’original produit par Dinky Toys. Cela tient aux roues en plastique, étroites, qui l’équipent. Le plus surprenant est bien sûr la caravane à quatre roues. On ne pourra pas, juridiquement, parler de plagiat de la part de Blue Box