Des Scania un peu particuliers

Voici quelques clefs pour une meilleure lecture des photos des fiches cet article et du précédent.

étiquettes d'origine de chez Bilspedition
étiquettes d’origine de chez Bilspedition

Le Scania « Bilspedition », aux couleurs chatoyantes a été réalisé à titre promotionnel pour cette firme Suédoise. La boîte atteste de cet usage. Au verso de celle-ci figure le dessin du Volvo N88 Viking aux couleurs « Bilspedition ». « Bilspedition » commandera en effet à Tekno les deux versions. C’est la première fois qu’apparait une enseigne lumineuse sur le pavillon d’un modèle de la gamme Tekno. Ces enseignes étaient et sont encore très populaires en Scandinavie. Ce modèle est rare, tout comme la version « Titan ». Celle-ci a été découverte bien après la sortie des deux premiers ouvrages sur la firme Tekno. Je me rappelle que quelques collectionneurs scandinaves avaient douté de l’authenticité du modèle, jusqu’au jour où j’ai trouvé un second modèle avec sa boîte dûment estampillée « Titan ». La version créée par Tekno sur la base Volvo est relativement fréquente. Pour d’obscures raisons la version Scania est rare.

Enfin, le modèle à l’effigie de « Diesel garden », promotionnel pour le marché danois, est aussi difficile à se procurer. Sur une des versions génériques « Scania Vabis », on retrouve les couleurs du « Diesel garden », rouge et jaune orangé. En fabrication industrielle, on produit toujours, en cas de commande d’une version promotionnelle, une certaine quantité de modèles peints aux couleurs spécifiques du commanditaire. La proportion varie en fonction de divers critères. Un des cadres de Solido m’avait expliqué cela pour justifier l’arrivée sur le marché de petites quantités de modèles peints dans des couleurs spécifiques mais sans décoration. Tekno fera de même et appliquera son décalque générique « Scania Vabis ».

Le jour du 14 Juillet …

28En entendant dernièrement la proposition d’Eva Joly, candidate à la prochaine élection présidentielle, de remplacer le défilé militaire du 14 juillet par un défilé citoyen, les paroles d’une la chanson de Georges Brassens me sont revenues à l’esprit. Dans une de ses œuvres de jeunesse, « La Mauvaise Réputation », il entonnait le couplet suivant :

« Le jour du 14 Juillet
Je reste dans mon lit douillet
La musique qui marche au pas
Cela ne me regarde pas »

Les Incassables RF
Les Incassables RF

Il ne m’appartient pas de polémiquer sur la double nationalité franco-norvégienne d’Eva Joly, ni de me prononcer sur l’opportunité de sa proposition. A mon niveau de collectionneur, je me contenterai de rappeler une caractéristique des pays Scandinaves. Lors de mes nombreux voyages, je me suis rendu compte que les Scandinaves n’affectionnent pas les jouets militaires. Ils n’ont pas la culture de ce type de jouets et les amateurs sont marginaux, à l’opposé de pays comme la Grande-Bretagne et les USA, où les amateurs de Dinky Toys militaires et de blindés Solido sont très nombreux. La relative faiblesse des prix demandés pour ce type de jouets sur les étals de bourses d’échange nordiques confirme ce phénomène.

Mes amis scandinaves m’ont expliqué que la vente de jouets représentant des engins militaires et des armes à feu a été interdite à l’aube des années soixante.

Essayant de vérifier cette information, je me suis adressé à l’ambassade du Danemark en France qui m’a très gentiment répondu. Elle m’a procuré les textes actuellement en vigueur qui datent de 2003 et ne concernent plus que l’interdiction de vendre des reproductions exactes d’armes à feu. Il est bien possible que les textes aient évolué au fil des ans. Certes, la firme Tekno a bien produit, juste après guerre, une série de camions Dodge. Mais par la suite, elle se contentera d’adapter aux livrées militaires des camions bien pacifiques : un Volkswagen minibus, un camion Volvo citerne et un Volvo express bâché. La seule exception réside dans un jouet ludique, sur la base de la grande échelle pompier Scania, double cabine, transformé en lance-missiles. Il est important de remarquer que tous ces véhicules sont aux couleurs de l’US Army et ont été destinés à l’exportation. Ils sont donc très rares au Danemark.

Pour le marché local, Tekno contournera la législation en étant le premier fabricant à proposer des versions aux couleurs des Nations-Unies, « UN » de couleur blanche… Ainsi le Volvo express sera accompagné par une Willys dont le conducteur sera équipé d’un « casque bleu » !

Malgré ses accords commerciaux avec Tekno, Solido ne pourra exporter ses blindés. Il y aura sans doute toujours des tentatives d’explications psychologiques pour faire le lien entre jouets militaires et agressivité. En ce qui me concerne, j’ai un souvenir bien précis. Mon approche de la collection, et mes premiers émois de collectionneur, je les ai connus avec des chars Solido. J’ai passé de longues heures à faire défiler ces petits chars accompagnés de figurines Starlux et Airfix. Je ne pense pas que cette activité enfantine ait perturbé mon équilibre. J’avoue quand même un forfait, qui a sans doute constitué le seul acte de violence de ma vie : celui d’avoir lancé à la tête de mon frère un AMX 30 de chez Solido, ce qui m’a valu une confiscation immédiate de l’objet du délit. Depuis, j’ai retrouvé mes jouets et des relations pacifiées avec mon frère. Il nous arrive désormais de chanter de concert cette autre chanson de Georges Brassens « Les deux oncles »

« Que les seuls généraux qu’on doit suivre aux talons
Ce sont les généraux des p’tits soldats de plomb
Ainsi, chanteriez-vous tous les deux en suivant
Malbrough qui va-t-en guerre au pays des enfants »

PS: ce beau coffret a été produit par « Les Incassables RF ». On ne peut exclure que cette firme se soit contentée de commander à un ou à plusieurs fabricants de jouets en aluminium les modèles qui le composent (les autos et le blindé semblent de fabrication différente). Ce type d’assemblage était assez fréquent chez les petits diffuseurs de jouets. La période de fabrication, juste après la seconde guerre mondiale, est sans équivoque. La présentation des Champs-Élysée à nouveau revêtus des drapeaux tricolores a dû être un argument de vente. L’illustration est très réussie.

Il faut bien remarquer la présence d’une auto d’état-major aux couleurs américaines alors que la cocarde tricolore n’est présent que sur le blindé.

Tekno : le viking conquérant

Cette semaine je vous emmène en Scandinavie. Enfant, familier de l’autoroute du Nord, j’étais déjà fasciné par les imposants camions nordiques : leur lointaine destination fièrement arborée sur les flancs des remorques me faisait rêver. C’était une invitation aux voyages. J’enviais les chauffeurs routiers qui bravaient tous les temps le long des rubans d’autoroutes. J’imaginais des périples semés d’embûches.

Tekno Scania
Tekno Scania

Aujourd’hui encore, lorsque je suis sur le point d’entreprendre une longue route, je ressens le même plaisir que le marin avant la traversée. Aussi, lorsque la passion de la collection m’a pris, les modèles Tekno ont toujours eu une place à part.

Fort logiquement, Tekno a inscrit les deux grandes firmes suédoises de poids lourds que sont Scania et Volvo à son catalogue.

La firme de Copenhague a conçu de nombreuses déclinaisons de carrosseries (bâchées, ridelles, citernes, fardiers, bennes de chantier) qu’elle a attelées indifféremment aux deux types de cabines.

Il me semble cependant que certaines combinaisons de carrosseries sont plus appropriées à un type de cabine qu’à l’autre. La cabine du camion Scania est au carré. Le capot moteur et les angles de la cabine semblent coupés à la serpe.

Le Volvo est lui tout en rondeurs. L’extrémité du capot moteur forme une courbe harmonieuse. Le haut des portes de la cabine est également galbé, imprimant au pavillon un doux arrondie.

Sous des aspects similaires, ces deux camions aux capots longs ont chacun une personnalité bien distincte.

La benne de chantier, avec sa casquette à angle droit habille mieux le Scania. De même, Le chargement de la remorque du fardier, tout en parallélépipèdes, convient parfaitement aux angles droits de la cabine de ce dernier. A l’inverse, avec son arrondi, la semi-remorque tôlée présentée ce jour semble plus harmonieuse avec le Volvo. Cette dernière est en tôle pliée.

C’est une technique que Tekno maîtrisait parfaitement pour avoir débuté son activité avec ce type de matériau. La forme de cette semi-remorque n’est pas familière chez nous. Il semble qu’il s’agisse d’une remorque frigorifique. Tekno a en fait réutilisé une remorque qui était destinée à être attelée au début des années cinquante à un tracteur d’entrepôt. Les deux éléments, le tracteur et la remorque, étaient vendus séparément. Un petit escabeau en tôle était fourni avec la remorque : il va sans dire qu’il est très souvent manquant.

Deux décorations avaient été choisies par Tekno, dont une avec un magnifique poisson. C’est l’indice qui me permet de penser qu’il s’agit d’une remorque frigorifique. Il faut également constater le grand décalage entre la modernité des cabines de ces camions du milieu des années cinquante et cette semi-remorque d’une dizaine d’années antérieure. Sous le charme des décorations on pardonne ce petit anachronisme.

Le premier Tekno que nous avons acquis fut le Cold O Matic. Je m’en souviens comme si cela était hier et j’avoue avoir ressenti de l’émotion en le sortant de la vitrine pour le photographier.

L’harmonie des teintes est très subtile. Avec l’autre version, « NC Kloster » se sont les deux piliers de la série. Tekno exportait beaucoup de sa production. Assez vite, il a compris qu’il y avait peu d’intérêt à livrer des « Cold O Matic » à des Américains ou des Italiens qui ne connaissaient ni cette société, ni les villes indiquées sur le camion. Des versions génériques ont ainsi vue le jour sur lesquelles on appliquait simplement le nom du fabricant de camions. Ainsi naquirent les versions « Scania » ou « Scania Vabis ». Une partie des modèles fut également utilisée à des fins publicitaires dans le réseau de concessionnaires. Il existe des combinaisons de couleurs bien plus rares que d’autres.

Nous verrons la semaine prochaine le cas de deux versions hors du commun. Les premiers modèles portent le logo « 75 » sur le plat du capot, remplacé plus tard par un « 76 », sans que l’on dénote de variation majeure. Cela correspond à l’évolution de la gamme du constructeur. Ils sont invariablement équipés de jantes à 10 écrous. Ces dernières sont toujours peintes (orange ou argent). Plus tard, sur la série estampillée « 76 » les jantes ne comporteront plus que 8 écrous. Elles sont invariablement en zamac brut.

Les fantastiques Peugeot en plastique – listing

Tentatives de listing des fantastiques
Peugeot en plastique de chez Vapé  : à vous de compléter ! (voir les autres photos)

  • Peugeot Vapé sans publicité
  • Ever Sharp
  • Thé Lipton
  • Arthur Martin / quincaillerie Devert
  • Shell
  • Belga
  • Kuom
  • Schneider
  • Galliasec 4 modèles :  Lait Gallia ou baby galllia ou Galliacid ou Farigallia
  • Pétrol Hahn
  • Thermor
  • Hilti
  • Pam Pam
  • Pneu Michelin
  • Argentil / Lion Noir
  • Vanoptic Rouen St Sever
  • Peugeot : vert foncé avec jantes en plastique de couleur bleu, provenance Noël Couillard
  • La voix du Nord : ivoire avec jantes en plastique de couleur bleu, provenance Patrick Dufour
  • Michelin : bleu avec inscriptions de couleur jaune, provenance Patrick Dufour
  • Michelin jaune inscriptions de couleur bleu (sans la mention pneus)
  • Astral Celluco : jaune avec inscriptions de couleur rouge
  • PK 300 : Potasse d’Alsace : ivoire avec inscriptions et jantes en plastique de couleur verte
  • Ets Petit-Montgobert Palaiseau : S_O et Veto glancox La santé du bétail : vert avec jantes de couleur bordeaux provenance Noël Couillard
  • beurre pasteurisé Sadac : ivoire avec jantes de couleur bleu provenance Noël Couillard
  • Milliat Frères : jaune avec jantes de couleur rouge provenance M. Sée
  • Socoralsace ivoire avec jantes de couleur verte
  • Cirage Sady  jaune